wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Le Chianti Classico et le Brunello di Montalcino, au cœur de la Toscane, comptent parmi les appellations les plus célèbres et les plus importantes d'Italie. Le Sangiovese joue le rôle principal dans les deux régions viticoles: 80 % dans le Chianti Classico et 100 % dans le Brunello. Mais cette variété a du mal à s'adapter aux conditions environnementales changeantes. Comment les vignerons font-ils face aux effets du changement climatique?

Montalcino, les températures moyennes ont augmenté de 1 à 1,5° C depuis 2000, et les zones les plus chaudes du sud en souffrent le plus", explique Giacomo Bartolommei de la cave Caprili et vice-président du consortium Brunello. Pour lui, l'eau est actuellement le problème le plus important de la viticulture: "Montalcino n'est pas particulièrement riche en eau, et les ressources disponibles sont surtout de l'eau thermale, qui est très chaude, entre 27 et 28° C. Nous nous concentrons donc sur l'irrigation d'urgence. Nous nous concentrons donc sur l'irrigation d'urgence, qui n'est utilisée que lorsque la vigne est stressée. Des études ont montré qu'en introduisant la zéolite minérale en hiver, les sols stockent davantage d'eau de pluie et restent plus frais."

Mais le remplacement du Sangiovese par des cépages capables de mieux résister au stress de la chaleur et de la sécheresse en raison du changement climatique ne fait l'objet d'aucune discussion, que ce soit dans la région du Chianti ou à Montalcino. "Le Sangiovese est le cépage de notre région de production. Il a évolué en lui et s'est uni à lui au fil des siècles", explique Giovanni Manetti de la cave Fontodi et président du Consortium Chianti Classico. "Nous avons délibérément augmenté sa part de 80 à 90 % pour les nouvelles sous-zones de la Gran Selezione et interdit l'utilisation de variétés internationales. Nous voulons ainsi valoriser les variétés autochtones, car ce n'est pas pour rien qu'elles sont cultivées ici depuis des siècles: Ils sont plus adaptables et plus en phase avec le climat, le sol et le territoire. À mon avis, ils représentent une grande ressource pour notre avenir."

Nous voulons valoriser les variétés autochtones, car ce n'est pas pour rien qu'elles sont cultivées ici depuis des siècles.

Giovanni Manetti,
Président du Consortium du Chianti Classico

Giacomo Bartolommei exclut aussi catégoriquement que les demandes d'approbation d'autres cépages pour le Brunello puissent ressurgir en raison du changement climatique: "La qualité des vins s'est remarquablement améliorée depuis 2008, et les connaissances des viticulteurs sur le maniement du Sangiovese ont considérablement augmenté. Je suis donc convaincu qu'aujourd'hui tous les producteurs sont fidèles au Sangiovese."

Toutefois, M. Bartolommei n'exclut pas explicitement la possibilité d'utiliser la science pour mieux adapter la variété traditionnelle aux influences environnementales et assurer ainsi sa survie. Il reste néanmoins sceptique quant aux clones de Sangiovese résistants au climat: "Ce que j'ai goûté jusqu'à présent des plants expérimentaux avec des cépages blancs internationaux, du Cabernet Sauvignon et du Merlot ne peut pas rivaliser avec nos vins actuels. La recherche en est encore à ses débuts, et je n'ai pas connaissance d'études sur le Sangiovese." Il y a donc encore beaucoup de chemin à parcourir, et cela vaut également pour les vignes porte-greffes à absorption améliorée des nutriments mises au point par l'université de Milan. "Leur production est si faible que nous n'avons pas encore pu nous en procurer."

Se passer des vendanges en vert pour une croissance solide du raisin

Bartolommei estime donc que les techniques agronomiques spéciales sont plus prometteuses. Par exemple, ils s'abstiennent de défolier précocement la zone des grappes et protègent ainsi les fruits d'un ensoleillement trop important. "Récemment, nous avons mis l'accent sur la réduction de la "récolte verte". Nous ne coupons que quelques raisins verts en juin ou juillet", explique encore Bartolommei. "De cette manière, nous obtenons une croissance solide des raisins pendant l'été, que nous ne décimons que de manière sélective à la fin du mois d'août. De cette façon, seuls les meilleurs raisins atteignent leur pleine maturité au moment de la récolte."

La situation est tout à fait différente pour le Chianti Classico: "Malgré un léger réchauffement perceptible, nous avons peu ressenti le changement climatique jusqu'à présent", déclare le président du consortium, Giovanni Manetti. "Notre zone de culture est relativement haute en altitude. En outre, 65 % du territoire est couvert de forêts, ce qui influence considérablement le microclimat. Il est en moyenne plus frais et apporte un rafraîchissement, surtout la nuit. En outre, la forêt peut mieux stocker l'eau. Il favorise ainsi l'humidité du sol et sert de réservoir d'eau pour les producteurs agricoles environnants." Ici aussi, les vignerons ne défolient pas immédiatement, de sorte que les raisins sont plus ombragés et plus frais. En outre, les vignobles sont désormais végétalisés presque partout. Cela limite l'évaporation et permet de préserver l'humidité du sol. Selon Giovanni Manetti, ces ajustements ont un effet "manifestement positif".

Plus de 50 % des vignobles du Chianti Classico sont biologiques

Le fait que la croissance plus forte pourrait entraîner une augmentation de l'oïdium ou du mildiou n'inquiète pas les viticulteurs pour le moment. "Nous les maîtrisons assez bien", explique Manetti. En témoigne également la forte croissance de l'agriculture biologique: "Plus de 52 % des vignobles du Chianti Classico sont désormais certifiés biologiques, ce qui représente l'un des pourcentages les plus élevés parmi les principales régions productrices d'Italie." Cela prouve que les viticulteurs peuvent également lutter avec succès contre les redoutables maladies fongiques grâce aux méthodes de l'agriculture biologique. Les viticulteurs sont désormais conscients, dit-il, que les vignobles cultivés de manière biologique ou durable sont mieux à même de faire face aux adversités actuelles que l'agriculture conventionnelle - comme les maladies fongiques, les infestations d'insectes ou les effets du changement climatique. "Nous sommes convaincus que c'est la voie à suivre - vers des vignobles toujours plus respectueux de la nature."

À Montalcino, en revanche, les exploitations viticoles suivent actuellement une voie intermédiaire entre l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique. "Mais il y a beaucoup de fermes biologiques, et tous les vignobles sont exploités de manière durable", sait Bartolommei. "Par exemple, nous pouvons réduire au minimum les travaux mécaniques dans le vignoble afin que les vignes puissent s'adapter aux conditions données le moins possible. Nous avons compris que le mode de culture respectueux de l'environnement, avec moins d'influences extérieures, est utile. Mais la situation change considérablement d'une année à l'autre: avec le changement climatique, il n'y a tout simplement pas d'évolution linéaire à suivre. Ce n'est que si vous vivez vos vignes au jour le jour dans le vignoble que vous pourrez les préserver et les accompagner vers une récolte "normale"."

Markus Blaser travaille comme journaliste indépendant et historien à Florence. Le Suisse a écrit pour "Merum" jusqu'en 2016 et publie sur le contexte économique, politique, culturel et historique du vin et de l'huile d'olive en Italie.

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS