wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Lorsque Dirk Würtz (St. Antony), viticulteur du VDP de la Hesse rhénane, a posté sur le groupe Facebook "Hauptsache Wein" un bref appel aux dons de vin à ses collègues, il ne se doutait pas que cela allait devenir l'une des plus grandes actions d'aide du secteur viticole en Europe. Quelques jours plus tard, il le savait. Dans l'interview qu'il a accordée à Uwe Kauss, il parle des dizaines de milliers de bouteilles, des centaines de bénévoles et d'un don en provenance d'Afrique du Sud.

Comment as-tu appris les inondations catastrophiques de l'Ahr?

Würtz: Nous avons produit des podcasts pour notre série "Dieters Weinbar". Meike Näkel du domaine viticole Meyer-Näkel sur l'Ahr devait y être invitée. Nous n'avions pas eu de nouvelles d'elle pendant deux jours, mais je ne me suis pas inquiétée. Nous avions seulement entendu dire qu'il y avait une inondation. Je vis et travaille au bord du Rhin, je sais ce que c'est. Ce n'est pas un drame. Mais jusqu'à la date d'enregistrement, nous n'avons pas eu de contact avec elle. Mon partenaire de podcast Andreas Kunze lui a donc écrit à nouveau, et soudain, la réponse est arrivée: "Ici, il y a des inondations. Nous n'avons plus rien d'autre que notre vie". Au début, nous n'arrivions pas à faire la part des choses. Peu après, nous avons reçu de plus en plus de mauvaises nouvelles de la Ahr. Nous avons alors compris que la situation devait être dramatique. Le samedi matin, une connaissance m'a demandé si j'avais des nouvelles de Benedikt Baltes, un collègue viticulteur de l'Ahr. Il y avait des rumeurs selon lesquelles il aurait été porté disparu. J'ai appris plus tard qu'il était assis sur le toit de sa maison et qu'il attendait de l'aide.

Quand as-tu décidé de lancer l'appel aux dons?

Würtz: Quand il est devenu clair qu'il ne s'agissait pas seulement d'une inondation, mais d'une catastrophe. J'avais déjà un peu d'expérience en matière d'actions caritatives, la dernière en date étant "Kochen für Helden" pour le lockdown de la Corona. J'ai donc posté un appel à mes collègues viticulteurs dans notre groupe Facebook "Hauptsache Wein": Envoyez-moi quelques bouteilles de vin, de préférence une soixantaine à la fois. Nous les mettrons en vente dans notre boutique en ligne pour vous soutenir, nous les distribuerons ici au domaine dans des caisses de six bouteilles et nous les enverrons aux personnes intéressées contre un don.

Personne ne s'attendait à ce que l'action prenne une telle ampleur.

Comment l'écho a-t-il évolué?

Würtz: Après les premiers retours des viticulteurs, il était clair dès le samedi après-midi que quelque chose allait être récolté. Je me suis dit: Si peut-être 1.500 paquets à 65 euros bruts étaient réunis, ce serait le comble! Mais il faut bien que tu trouves 9.000 bouteilles. Le lundi à 10 heures, j'ai activé le paquet dans la boutique en ligne. 48 heures plus tard, nous avions vendu 10.000 packs! Je n'avais encore jamais vu ça. Nous n'avions même pas assez de vin pour pouvoir livrer les commandes! J'ai donc appelé quelques collègues: J'aurais besoin d'un peu de vin. S'il n'y avait pas eu assez, j'aurais emballé 10 000 bouteilles que nous avions remplies pour un client. Mais nous avons vite compris que nous pouvions effectivement réunir les 60 000 bouteilles. Du jeudi au dimanche, nous n'avons fait qu'emballer du matin jusqu'au soir. Parallèlement, nous recevions de plus en plus de vin, et soudain nous avions 80.000 bouteilles! Personne n'avait imaginé que l'action prendrait une telle ampleur.

Paquets de vin SolidAHRität dans l'entrepôt de Bodenheim (Hesse rhénane), mis gratuitement à disposition de l'action par un entrepreneur.

Dirk Würtz

Pourquoi n'avez-vous pas simplement lancé un appel aux dons?

Würtz: On est toujours plus intelligent après coup (rires). Je pense que pour un paquet surprise de six bons vins, beaucoup plus de gens sont prêts à faire un don de 65 euros qu'avec un simple appel. C'est la combinaison qui fait la différence! Beaucoup ont commandé deux paquets, d'autres même dix ou parfois 40.

Quelle a été la plus grande quantité?

Würtz: Quelqu'un a commandé 200 paquets. C'est complètement fou.

Comment a évolué la disposition des viticulteurs à faire des dons?

Würtz: Nous avons reçu des e-mails de dons de vin d'Autriche, du Tyrol du Sud, d'Italie, de France, du Luxembourg, même de Grèce - et d'Afrique du Sud. Un vignoble ami a envoyé un mail de là-bas: J'envoie une palette aujourd'hui. Bien qu'ils soient eux-mêmes confrontés à de tout autres problèmes. Rien que d'Autriche, on estime que 30.000 bouteilles sont arrivées.

Avec quel nombre de bouteilles comptes-tu actuellement?

Würtz: Entre-temps, nous avons rassemblé bien plus de 200.000 bouteilles. Actuellement, nous ne pouvons donc plus rien accepter. Le montant brut dépasse déjà le million d'euros. Mais nous devons payer la TVA et l'expédition coûte également un montant à six chiffres. Mais malgré tout, nous pourrons au final aider les gens avec plus d'un million d'euros.

Combien de bénévoles ont aidé?

Würtz: Du jeudi au dimanche, nous avons eu 200 bénévoles pour faire les cartons. Sans eux, nous n'aurions jamais pu le faire. Dans les prochains jours, 200 autres bénévoles viendront nous rejoindre.

L'essentiel est d'aider les gens à s'aider eux-mêmes.

Comment le montant des dons sera-t-il utilisé?

Würtz: L'argent sera entièrement versé à l'association VDP "Der VDP.Adler hilft". J'en suis également membre maintenant. Il s'agit d'aider tous les viticulteurs concernés, pas seulement les exploitations VDP. C'était pour moi une condition préalable, je n'aurais pas participé autrement. L'essentiel pour nous est d'aider à s'aider soi-même: le millésime 2019 a été emporté par les flots, les fûts de 2020 gisent quelque part dans le paysage. C'est pourquoi le millésime 2021 ne doit en aucun cas être perdu! C'est pourquoi j'ai envoyé mes hommes avec des chenilles pour aider dans les vignobles de l'Ahr. Lorsque je demande aux personnes concernées: de quoi as-tu besoin pour l'automne? la réponse est très difficile à donner pour elles. Elles ont peut-être tout perdu et ne peuvent pas encore penser clairement. C'est pourquoi nous voulons les aider de manière très ciblée. Je pourrais par exemple imaginer que nous fassions installer deux grandes stations de réception des raisins, avec l'égrappoir et tout ce qui est nécessaire. Mais il n'y aura pas d'action rapide.

L'action aurait-elle fonctionné sans "L'essentiel du vin"?

Würtz: Certainement pas. Nous avons plus de 20.000 membres, c'est la plus grande communauté du vin en Europe, peut-être même au monde! C'est d'ailleurs pour cela que j'y ai lancé l'appel aux dons. 80 pour cent des personnes qui travaillent dans le domaine du vin en Allemagne en sont membres.

Dirk Würtz, organisateur du projet (m.), avec Jan Metzler, député CDU au Bundestag de Worms (g.) et Christian Baldauf, président du groupe CDU au Landtag de Rhénanie-Palatinat (dr.).

Dirk Würtz

Entre-temps, vous avez déménagé du domaine viticole à un entrepôt. Comment en est-on arrivé là?

Würtz: C'est le mérite de l'Institut allemand du vin (DWI) - comme tant d'autres aides qu'il a rendues possibles actuellement. Dès la recherche de sponsors pour les frais d'expédition et l'emballage, ils ont sollicité leurs contacts. Le directeur du marketing du DWI, Steffen Schindler, se tenait ici dans la cour, regardait les palettes de vin et m'a demandé: "Que faites-vous s'il pleut? Je lui ai répondu qu'il n'y en aurait pas. Et bien sûr, peu de temps après, il a plu. Steffen m'a mis en contact avec le propriétaire d'un hangar dans la ville voisine de Bodenheim. Quand je l'ai visité, je me suis dit: c'est un sixième gagnant à la loterie! Les collaborateurs du DWI viennent aussi emballer les vins, l'Institut du vin a même organisé entre-temps le catering pour les équipes d'aide. Auparavant, nous faisions nous-mêmes les grillades et la cuisine pour tout le monde.

Que se passe-t-il lorsque le million de dons est réuni? Va-t-on faire la fête?

Würtz: Il n'y a rien. À fond, continuez simplement. Il n'y a pas de raison de faire la fête. Tout peut arriver, mais la volonté d'aider ne doit pas faiblir. Nous devons maintenir le projet à un niveau élevé. Je continuerai à lancer des appels aux dons tout au long de l'année.

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS