wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Les producteurs de champagne célèbrent des ventes et des chiffres d'affaires records. Mais lors de la récolte, les cueilleurs sont régulièrement exploités et dépouillés de leurs salaires. Le documentaire d'arte "Exploité pour le champagne" met en lumière les côtés sombres de la branche - et montre des contre-exemples positifs.

Le champagne est synonyme de plaisir suprême lors des fêtes, des célébrations et des repas raffinés. Les grandes maisons, souvent détenues par des groupes de produits de luxe, fournissent pour cette image des images toujours plus glamour et coopèrent avec des stars mondiales. Mais en 2023, la récolte du raisin a également donné lieu à des scènes de désillusion: Cinq cueilleurs sont morts dans la chaleur inhabituelle. Des camps de tentes sans installations sanitaires ont été installés autour d'Epernay, dans lesquels les travailleurs ont dû dormir - bien qu'on leur ait promis de bons quartiers. Certaines entreprises de travail temporaire sont en outre fortement soupçonnées d'exploiter les travailleurs étrangers et de leur soutirer leur salaire.

Les journalistes d'investigation Robert Schmidt, Stéphanie Wenger et Ishaq Anis ont enquêté sur la face cachée de l'industrie du champagne pour la série de reportages d'Arte "Re:", avec le soutien de l'ONG européenne de recherche Journalismfund. Ils ont pu interroger quelques personnes concernées, mais peu d'entre elles ont voulu briser le silence et raconter leur destin devant la caméra. Elles ont peur de ne plus trouver de travail par la suite.

A qui profite le travail esclave?

L'association sectorielle CIVC condamne fermement de telles pratiques. Pourtant, elles existent, comme le montrent régulièrement le syndicaliste José Blanco et ses collègues. Il critique le fait que trop peu de choses soient faites, bien que certains entrepreneurs aient déjà été condamnés à des peines de prison pour trafic d'êtres humains et conditions de travail proches de l'esclavage. Il met en garde contre les "agences de travail temporaire sans scrupules". L'avocat Benjamin Chauveaux a représenté plusieurs victimes dans la plus grande procédure judiciaire jamais engagée en Champagne pour trafic d'êtres humains. Il a ainsi eu un aperçu d'un système complexe de sous-traitance au bout duquel les grandes marques de champagne profitent également du travail d'esclave. Il critique le fait que le rôle des grands producteurs n'ait guère été mis en lumière jusqu'à aujourd'hui: "On dirait qu'on ne s'intéresse toujours qu'à ceux qui tiennent le fouet, mais jamais à ceux qui leur donnent des ordres".

Mais ce documentaire impressionnant et bien documenté montre aussi l'exemple d'un domaine viticole familial qui traite ses saisonniers de manière équitable et bienveillante. Selon la syndicaliste Sabine Duménil, on ne sait pas combien de récoltants sont réellement exploités: "Il pourrait s'agir de cas isolés. Mais même un seul cas dans nos vignobles n'est pas tolérable".

Voir "Exploités pour du champagne" (31 minutes)

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS