wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Vitipendium
Image header

Le projet de recherche européen "Stella", qui vient d'être lancé, vise à améliorer la surveillance de la santé des plantes et la détection précoce des parasites. Le système de surveillance précis appelé "Stella Pest Surveillance System" (PSS) doit permettre de détecter les parasites grâce à une technologie de capteurs moderne et à l'intelligence artificielle, et d'élaborer une stratégie pour les agriculteurs afin de réduire l'utilisation de pesticides.

L'Institut français de la vigne et du vin (IFV) de Colmar se chargera ici de la recherche sur les maladies de la vigne. Il s'agit avant tout de la maladie du bois noir et de l'enroulement des feuilles. Le système doit permettre d'alerter les viticulteurs dès les premiers symptômes afin de les endiguer plus rapidement et plus efficacement.

La première année sera consacrée à la définition de protocoles de détection. "Nous allons mettre en place des pièges à insectes connectés, installer des caméras, exploiter des images satellites et faire voler des drones au-dessus de plusieurs parcelles alsaciennes", explique la scientifique Séverine Coubard de l'IFV. "Nous travaillerons sur des vignes et des vignes-mères, en variant les cépages et les types de sols. Les viticulteurs pourront contribuer au projet en signalant dans une application tous les symptômes ou vecteurs de bioagresseurs qu'ils rencontreront", a ajouté Mme Coubard.

À partir de 2025, les données collectées seront analysées par des modèles basés sur l'intelligence artificielle. "L'IA peut alerter les utilisateurs dès les premiers signes d'infestation et pourrait donc être une solution prometteuse pour mieux maîtriser ces deux maladies", a expliqué Séverine Coubard. Actuellement, les chances d'endiguer ces deux maladies sont limitées, a-t-elle ajouté. D'ici quatre ans, les recherches devraient être terminées et le système utilisable. Au total, 14 organisations partenaires de sept pays y participent. Le projet est financé par le programme "Horizon Europe" de l'Union européenne à hauteur de près de 5 millions d'euros.

(ru / Vitisphere)

En savoir plus sur le sujet

DERNIÈRES NEWS Voir tout

Dernières

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS

PARTENAIRES PREMIUM