wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

La nouvelle loi allemande sur le vin doit apporter plus de clarté avec l'introduction du modèle d'origine romane. Mais avec cela, crus se distingue par jusqu'à trois niveaux de qualité - même s'ils proviennent du même vignoble. L'avocate Nadine Liesching, spécialisée dans le droit du vin, explique ce qui attend les producteurs, les négociants et les amateurs de vin.

Afin de renforcer les viticulteurs allemands dans le commerce international, le législateur allemand a adapté les règles d'étiquetage au modèle d'origine romanche après des années de discussion au sein de l'association viticole allemande. Les conditions nouvellement réglementées pour l'utilisation des indications d'origine sont désormais ancrées de manière uniforme à partir du millésime 2026 et sont liées à la promesse de qualité "plus l'indication géographique est petite, plus la qualité est élevée".

La nouvelle loi adapte ainsi le droit viticole allemand, avec un long retard, aux directives déjà en vigueur dans l'UE depuis 2012. Les notions de qualité, qui ne sont plus tout à fait nouvelles, se basent tout d'abord sur deux catégories de l'UE, dont la plus basse est définie comme "indication géographique protégée" (IGP). Elle correspond à l'ancien vin de pays, l'indication d'autres origines n'est pas autorisée ici. Les vins de la deuxième catégorie avec "appellation d'origine protégée" (AOP) correspondent aux anciens vins de qualité ou Prädikatswein.

Spätlese trocken est passé pour crus

DWV_neue_klassifikation©DWI - Nouvelle classification

Le système allemand des vins prédicats, devenu obsolète, est en partie conservé. Ainsi, les vins fruités et liquoreux peuvent continuer à être étiquetés avec des prédicats tels que Spätlese, Auslese ou Beerenauslese. Dans un premier temps, les responsables des associations concernées avaient même obtenu une clause d'ouverture dans l'ordonnance sur le vin, grâce à laquelle les termes "Kabinett trocken" et "Spätlese trocken" auraient à nouveau pu figurer sur l'étiquette des vins issus de vignobles particuliers. Mais cette clause a été supprimée lors des débats. "Il faut refuser que les exigences du profil d'origine soient mélangées à celles du système des prédicats. Elles conduisent à une complication du profilage des vignobles individuels, qui ne pourra guère être expliquée au consommateur", peut-on lire dans l'exposé des motifs de la décision du Bundesrat de mars.

Pour les vins AOP, la loi définit désormais un niveau de désignation à quatre niveaux. Il commence par le vin de région. Il est identifié par le nom de la région de production dont il est issu. Au deuxième niveau se trouvent les vins d'une région. Cette catégorie correspond aux anciens vins de domaine et vins de grands crus. L'utilisation de ces noms n'a pas été supprimée malgré les discussions les plus vives en raison du risque de confusion avec des vignobles individuels à la sonorité très similaire. Le compromis a été trouvé sous le nom de "région".

Ce terme doit désormais être écrit clairement et surtout dans la même taille, la même police et la même couleur immédiatement avant le nom du grand cru ou de la région:

Exemple: Région Bernkastel / Région Kurfürstlay

L'utilisation supplémentaire du nom d'une commune ou d'une partie de commune en plus d'une région ne devrait pas être autorisée dans un premier temps - cela doit être réservé aux crus. Et pourtant, il y a ici une exception: l'utilisation est possible si au moins 85 pour cent des raisins proviennent de la commune indiquée. Le nom de la commune doit alors précéder ou suivre l'indication Région ainsi que le nom du grand cru:

Exemple: Region Kurfürstlay Brauneberg / Brauneberg Region Kurfürstlay

Pour le vin local, les règles sont en revanche assez simples: Lorsqu'une commune ou une partie de commune dont 85 pour cent des raisins proviennent est mentionnée, seul le taux d'alcool minimum est défini. Il doit au moins atteindre l'ancien prédicat "Kabinett". Le vin peut être commercialisé dès le 15 décembre de l'année de récolte.

Exemple: Brauneberger Riesling

La question du lieu: qu'est-ce qui est autorisé, qu'est-ce qui est interdit?

En tête de la nouvelle classification se trouve le cru. Cela semble clair au premier abord, mais ce n'est pas le cas: en effet, ce niveau sera à l'avenir divisé en trois catégories de vin, qui peuvent toutes provenir en même temps du même vignoble et du même millésime. Le vin de vignoble constitue l'échelon le plus bas du sommet. Il doit présenter le titre alcoométrique naturel minimum de "Kabinett" et ne peut être vendu avant le 1er mars de l'année suivant celle de la récolte. Il peut avoir été vinifié à partir d'un ou de plusieurs cépages définis dans le cahier des charges correspondant. Ces règles s'appliquent également aux vins issus de "Gewannen", qui doivent être inscrits au registre des vignobles en tant que plus petite indication géographique. Dans le cas d'un vignoble unique, le nom de la commune ou du lieu-dit doit être clairement ajouté sur l'étiquette si au moins 85 pour cent des raisins en proviennent - dans la même couleur et dans une taille de caractères d'au moins 1,2 millimètre, indépendamment de la police de caractères.

Exemple: Brauneberg / Brauneberger Juffer

Dans les cahiers des charges à définir individuellement pour chaque région viticole, les groupements de protection peuvent toutefois fixer des exigences plus strictes pour l'utilisation de ces appellations d'origine. Les amateurs de vin ne peuvent donc pas se fier aveuglément à des règles uniformes dans toute l'Allemagne. Ce qui est nouveau, ce sont les exigences définies pour la première fois de manière uniforme, selon lesquelles les viticulteurs de toutes les régions viticoles pourront commercialiser dès le millésime 2023 leurs vins de qualité supérieure crus soit en tant que Erstes Gewächs (EG) soit en tant que Großes Gewächs (GG).

Pour les EG, les rendements maximaux par hectare sont limités à 60 hl/ha et à 70 hl/ha pour les vignobles en forte pente, le titre alcoométrique volumique minimal doit être d'au moins 11,0 % et la commercialisation n'est autorisée qu'à partir du 1er mars de l'année qui suit l'année de récolte. Pour les GG, le rendement maximal est de 50 hl/ha et de 60 hl/ha pour les vignobles en forte pente, et le titre alcoométrique volumique minimal est de 12 %. La commercialisation la plus précoce est possible à partir du 1er septembre suivant l'année de récolte pour les vins blancs, et du 1er juin de la deuxième année suivant la récolte pour les vins rouges. Les GG doivent être vendangés à la main et subir un test sensoriel séparé au plus tard six mois après le contrôle officiel. Ici, les directives du VDP, en vigueur depuis longtemps, ont été intégrées dans la loi.

Les communautés de protection entre qualité et consensus

DWV_neue_klassifikation©VDP

Les communautés de protection régionales créées à cet effet ont pour mission de définir les cépages adaptés aux EG et GG, les terroirs appropriés ou encore les exigences plus élevées en matière de rendement et de teneur en alcool. Elles doivent également définir si les premiers crus de leur région de production sont soumis à un examen sensoriel et quelles exigences s'y appliquent. Mais jusqu'à présent, on ne sait pas encore avec quelle rigueur les associations de protection vont interpréter ces règles. On ne sait pas non plus quels critères de qualité doivent remplir les vignobles de premier et de grand crus dans chacune des 13 régions viticoles, si chaque communauté de protection définit des règles individuelles à ce sujet - et quels critères jouent un rôle. Pour les deux catégories de vin, la seule règle est que le millésime, le cépage et le lieu-dit doivent être indiqués, avec le nom de la commune ou du quartier. Les deux doivent satisfaire à l'indication de goût "sec", qui ne peut toutefois pas être imprimée sur l'étiquette. Les associations et leurs membres peuvent continuer à utiliser leurs appellations en partie protégées comme "VDP.Grosses Gewächs®" tant qu'ils remplissent les conditions légales minimales. Des associations telles que le VDP ou le Bernkasteler Ring ont depuis longtemps défini leurs propres critères de qualité, parfois plus stricts, pour les appellations d'origine de leurs crus. Elles peuvent procéder elles-mêmes et selon leurs propres critères à l'examen sensoriel séparé en tant que GG légal.

Des délais de transition s'appliquent aux nouvelles prescriptions jusqu'au millésime 2025 inclus, mais seulement jusqu'en 2022 pour les EG et GG. En effet, les nouvelles dispositions s'appliquent ici dès 2023. Pendant cette période, les vins de qualité et de prédicat peuvent encore être étiquetés et commercialisés selon les prescriptions en vigueur jusqu'à présent. Les viticulteurs sont toutefois libres de n'apposer sur l'étiquette du vin que la mention AOP et de renoncer complètement aux unités géographiques plus petites.

Une classification avec des chances - et des risques

DWV_neue_klassifikation©DWI

Les nouvelles règles de désignation géographique constituent ainsi la base juridique pour des déclarations de qualité des viticulteurs allemands, restructurées et pour la première fois liées au terroir. Les directives pour l'utilisation des noms de lieux et de communes ainsi que les désignations pour EG et GG s'appliquent désormais de manière uniforme à tous les producteurs - indépendamment de leur appartenance à une association. Si cette classification s'impose dans le commerce malgré toute la complexité des règles, il existe une bonne chance pour les viticulteurs d'augmenter la valeur de leurs vins QbA au niveau international, même sans être membre du VDP, et de les rendre plus compréhensibles pour le public dans leur désignation.

Les nouveaux groupements de protection règlent dans la région de production d'autres détails, restrictions et exigences concernant la nouvelle désignation en étroite concertation avec les représentants des intérêts des associations et des viticulteurs. Cela peut conduire à des règles très différentes dans chaque région viticole. Dans le meilleur des cas, cela leur donne l'occasion de se profiler pour la première fois ensemble et de manière uniforme par-delà les frontières régionales.

Pour en savoir plus:

Nadine Liesching, LL.M. est avocate spécialisée dans le droit des denrées alimentaires et du vin ainsi que dans les droits de propriété industrielle à Munich.

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS