wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Image header

Selon une étude publiée sur le site de recherche oeno-one , un vingtième de la quantité d'eau nécessaire à l'irrigation traditionnelle permet à la vigne de résister sans dommage aux périodes de chaleur et de sécheresse. Lors de l'étude organisée par l'université Nacional de Cuyo à Mendoza, en Argentine, les vignes ont été traitées par une pulvérisation pulsée sur le feuillage. Celle-ci n'a nécessité que 0,53 litre par cep et par jour, alors que les besoins des méthodes d'irrigation courantes sont estimés à 10,6 litres par cep et par jour. Le traitement par micro-aspersion d'eau pulsée a été appliqué à hauteur de la cabine d'un tracteur exclusivement pendant les vagues de chaleur. Les vagues de chaleur ont été définies comme des jours où la température minimale était de 21 degrés Celsius et la température maximale de 35 degrés Celsius.

Les vignes traitées étaient des variétés Malbec, Bonarda et Syrah. Pendant la période de croissance, marquée par deux vagues de chaleur, les chercheurs ont mesuré, entre autres, la température des feuilles et des baies, le potentiel hydrique, la conductivité stomatique, la fluorescence, le poids des baies, la teneur en matières solides solubles et le pH. Lors de la récolte, le profil des anthocyanes, l'indice de polyphénols totaux, la production de fruits, le nombre de grappes et leur poids moyen ont également été relevés.

Les vignes pulvérisées par pulsations présentaient des valeurs nettement meilleures que celles du groupe témoin non irrigué. Le poids des raisins était significativement plus élevé et la concentration en anthocyanes était identique dans les deux groupes. Les teneurs en polyphénols et les valeurs de pH n'ont pas non plus été influencées. Le risque potentiel de maladies fongiques n'a pas été augmenté.

Selon les chercheurs, les résultats indiquent que les vignes ainsi traitées ont été moins exposées au stress physiologique et ont obtenu une production de raisins plus élevée. La brève pulvérisation des feuilles pourrait aider les vignes à s'adapter aux variations extrêmes de température ainsi qu'aux températures extrêmes elles-mêmes. Ainsi, les viticulteurs des régions chaudes et sèches pourraient atténuer considérablement les effets des périodes de chaleur avec une faible consommation d'eau.

(al / source: oeno-one)

En savoir plus sur le sujet:

DERNIÈRES NEWS Voir tout

Dernières

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS

PARTENAIRES PREMIUM