wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Herbert Toifl Les petits domaines viticoles sont actuellement touchés, comme les grandes caves, par des explosions de coûts et des problèmes de livraison. Le plus grand embouteilleur de vin autrichien, Wegenstein, doit à cet effet faire face à la petite récolte de 2021. Le directeur Herbert Toifl explique dans une interview ce qui lui importe maintenant.

La cave à vin Wegenstein embouteille environ 24 millions de bouteilles par an, ce qui en fait le plus grand embouteilleur de vin d'Autriche. L'entreprise achète plus de 14 millions de litres de vin à environ 600 viticulteurs et trois coopératives. Cela correspond au rendement d'une surface d'environ 2.000 hectares de vignobles. La cave est une entreprise du groupe de supermarchés allemand Rewe International AG et approvisionne environ 2.500 filiales du groupe, dont, en Autriche, Billa, Billa Plus, Penny, Adeg et Sutterlüty. Les 29 employés de l'entreprise réalisent environ 60 pour cent de leur chiffre d'affaires avec des vins autrichiens de qualité, et environ 40 pour cent avec des vins importés de l'UE et d'outre-mer.

La récolte a été faible en Europe. Tous les vins que vous proposez sont-ils disponibles en quantité suffisante? Si ce n'est pas le cas, où cherchez-vous des remplaçants?

Toifl: Nous avons pu nous procurer en quantités suffisantes les articles Wegenstein répertoriés dans nos sociétés commerciales. Nous disposons de partenariats de longue date avec des fournisseurs en Suisse et à l'étranger et sommes donc informés à l'avance des quantités de récolte attendues, ce qui nous a permis d'assurer nos besoins. Bien sûr, comme tous les autres acteurs du marché, nous avons dû accepter les changements de prix. Remplacer simplement des vins par d'autres variétés et origines est exigeant, car nos clients apprécient beaucoup les marques auxquelles ils sont attachés.

Comment gérez-vous la hausse des prix d'achat du vin?

Toifl: Nous supportons bien entendu ces changements de prix, qui sont dus aux fluctuations naturelles des récoltes et qui contribuent à assurer l'existence de nos viticulteurs partenaires. Actuellement, les frais de matériel pour l'utilisation des marchandises augmentent également fortement. Nous essayons de compenser ces coûts supplémentaires par des gains d'efficacité. Les investissements qui viennent d'être réalisés pour automatiser nos processus de production dans la cave et sur les lignes d'embouteillage sont très utiles à cet égard.

Le prix du raisin n'est pas le seul à avoir augmenté. Les matières premières comme le verre, les capsules en aluminium, les palettes, les cartons, l'énergie et le transport sont devenus immensément chers.

Toifl: Absolument! Mais ce sujet va nous occuper encore longtemps. Les surcoûts énergétiques pour les bouteilles et les matériaux d'emballage, ainsi que les pénuries d'aluminium, provoquent des hausses de prix incontrôlables et parfois des ruptures de livraison. Notre fournisseur de capsules à vis, par exemple, s'est assuré à l'automne plusieurs tonnes d'aluminium pour nos besoins, mais sans en connaître le prix. C'est très exigeant pour l'entreprise. Certaines verreries préfèrent payer des pénalités pour des contrats de livraison non honorés plutôt que de livrer leurs bouteilles à un prix inférieur au prix de revient en raison de coûts énergétiques calculés trop juste. Nous bénéficions à cet égard d'une certaine sécurité et d'une garantie spéciale. Des contrats-cadres annuels donnent à nos fournisseurs la sécurité de quantités d'achat convenues avec précision. En contrepartie, nous bénéficions de la sécurité d'une qualité de livraison fiable. Toutefois, personne ne sait aujourd'hui comment la thématique de l'énergie va évoluer.

Les majorations provoquent des hausses de prix incontrôlables.

Wegenstein doit cependant occuper des points de prix auxquels un viticulteur privé est moins lié.

Toifl: Notre activité principale est l'entrée de gamme et le milieu de gamme. Mon ambition personnelle chez Wegenstein est déjà de présenter dans chaque segment de qualité la meilleure qualité possible au meilleur prix possible dans les rayons de nos entreprises commerciales.

Craignez-vous de perdre des parts de marché en raison de l'augmentation des prix?

Toifl: Pas pour l'instant. L'offre de la récolte 2021 en Autriche correspond globalement à la demande, tandis que dans les plus grands pays viticoles d'Europe, les récoltes ont été faibles et les prix en hausse reflètent la forte demande. Une substitution n'est donc pas judicieuse et guère possible, car il n'existe pas d'alternatives moins chères. La stabilité des ventes dans le commerce alimentaire aide en fin de compte aussi nos viticulteurs partenaires, dont les caves sont déjà vides. Bien entendu, certains clients se tourneront vers des segments de marché plus avantageux en termes de prix. En règle générale, certains seuils de prix ne sont dépassés que par quelques clients.

De nouvelles tendances se dessinent-elles?

Toifl: Je vois actuellement une tendance forte dans le développement des vins bio. Alors que de nombreux producteurs et leurs représentants d'intérêts se préoccupent beaucoup de l'interprétation de la "durabilité", les clients sont déjà nettement plus avancés dans cette discussion et achètent de plus en plus de produits bio.

Résultat: il y a trop peu de tout.

Toifl: C'est définitivement le cas pour l'approvisionnement en matériaux. Mais la disponibilité du vin est en tout cas assurée, même si les prix sont plus élevés. Mais après la récolte, c'est avant la récolte. Il se peut que cette situation change à nouveau bientôt. L'important dans ce business reste toujours d'avoir des relations transparentes et équitables avec tous les acteurs du marché.

Photo: ©Anna Stöcher;

En savoir plus sur le sujet

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS