wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Le millésime 2020 n'a pas facilité la tâche des viticulteurs allemands. Même les journalistes spécialisés dans le vin, qui se plaisent à lancer chaque année de nouveaux superlatifs au monde entier, ne se sont guère laissés entraîner cette fois-ci à célébrer un nouveau millésime du siècle. Mais avant que quelqu'un ne s'effraie, 2020 n'est pas une mauvaise année.

Hormis les gelées tardives qui ont causé des dégâts plus ou moins importants, surtout dans les régions viticoles de l'est, y compris en Franconie, mais aussi dans le Wurtemberg, les viticulteurs n'ont guère eu à lutter contre le millésime. La vendange avait souvent l'air peinte; les maladies ou la pourriture n'étaient nulle part un problème notable.

Mais la sécheresse, oui. Pour la troisième année consécutive, les vignobles ont manqué d'eau pratiquement partout dans le pays, souvent beaucoup trop; les réserves dans le sol ont souvent été épuisées. Les conséquences du manque d'eau ne se limitent pas à d'éventuelles pertes de récolte, comme celles que la Franconie a particulièrement déplorées. La sécheresse est aussi souvent ressentie par les vins, même si les raisins ont l'air parfaits.

Domaine viticole Wittmann / David Maurer

S'il manque trop d'eau, les vins finissent souvent par manquer de minéraux, de profondeur d'arôme et de complexité. Mais les arômes eux-mêmes se modifient également. Dans les rieslings 2020, cela se traduit par des notes de fenouil et d'anis presque omniprésentes. De nombreux vins semblent également évoluer plus rapidement que d'habitude. Reste à savoir si nous avons vraiment affaire à un millésime qui mûrit (trop) vite. Beaucoup trop d'années chaudes et sèches ont été déclarées mortes prématurément par le passé et connaissent actuellement une résurrection "miraculeuse".

De plus, les viticulteurs ont non seulement appris lentement à gérer les années chaudes et sèches, mais le matériel viticole est souvent assez vieux pour bien s'accommoder de la sécheresse grâce à ses racines profondes. Nos résultats varient en conséquence: là où l'approvisionnement en eau n'a pas été totalement insuffisant, que ce soit grâce à des circonstances météorologiques heureuses, à un travail viticole approprié ou à des vignes particulièrement âgées, de grands et même toute une série de véritables grands rieslings ont pu voir le jour cette année; ailleurs, la profondeur et la complexité nécessaires à une consécration plus élevée font défaut. Là où tout a échoué, les vins sont parfois peu expressifs, grossièrement tricotés et/ou secs et phénoliques.

Nous avons dégusté plus de 1000 rieslings secs allemands au cours des derniers mois, et nous ne pouvons présenter ici que les meilleurs d'entre eux. Il vaut donc la peine de suivre les liens à la fin des listes des meilleurs vins. Vous y trouverez non seulement tous les vins et leurs producteurs, mais aussi des notes de dégustation détaillées, des sources d'achat et d'autres informations.

Focus: Riesling allemand sec Millésime 2020