wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Trois amis - un collectionneur de vin, un critique de vin et un marchand de vin - sont enfermés dans l'ancien abri antiaérien dans lequel le premier nommé stocke plusieurs milliers de bouteilles et qui se trouve sur le terrain de sa maison isolée. Pour les trois hommes, cela ressemble à une coïncidence, mais en réalité, c'est un ancien collègue de travail du collectionneur qui est impliqué. Pris au piège avec les meilleurs et les plus chers vins du monde, les trois amateurs de vin doivent patienter au moins une semaine avant d'avoir une chance d'être libérés - par la femme de ménage qui peut désactiver le système d'alarme et ainsi annuler la sécurité électronique de la porte du bunker. Il n'y a pas de réception de téléphone portable ni de possibilité de communication avec l'extérieur derrière des murs en béton armé sous terre, et toutes les tentatives de libération des personnes enfermées échouent.

Les trois personnages principaux ont donc beaucoup de temps dans le bunker - pour réfléchir, pour parler et aussi pour déguster et boire. Un équipement de base avec de la nourriture et des installations sanitaires est heureusement assuré dans un premier temps, et les discussions des trois hommes tournent entre autres autour des motifs de la collection de vin, du sens et de la valeur des critiques de vin et bien sûr du vin lui-même: Origines, millésimes, souvenirs personnels.

Un jeu de chambre sur deux niveaux

Vin rouge ou sang? Un coup d'œil rapide sur le titre du livre permet de faire plusieurs associations... (Image: Éditions Cocon)

Le nombre de personnages dans le livre est globalement raisonnable et l'auteur Uwe Kauss établit une certaine proximité avec les trois protagonistes dans la mesure où il ne les appelle plus que par leur prénom après leur unique introduction. Il garde une distance narrative un peu plus grande avec leur "geôlier", dont les motivations ne se dévoilent que progressivement (et il faut près de 200 pages pour savoir si elles sont réellement justifiées). Mais à la fin, même lui apparaît comme le véritable personnage principal du livre. Kauss crée deux intrigues parallèles qui se croisent à plusieurs reprises au cours de l'histoire: d'une part, les trois prisonniers dans la cave à vin et, d'autre part, celui qui les détient et sa famille. Le livre est divisé en jours - du premier jour dans la "prison du vin" au dernier (nous ne dévoilerons pas ici combien il y en a).

Au fil des presque 300 pages de texte, Kauss s'enfonce de plus en plus dans la psychologie de ses acteurs; le lecteur en apprend toujours plus sur les antécédents communs et aussi sur le passé des différents personnages, jusqu'au dénouement surprenant - comme il se doit pour un bon roman. Le reste du récit met en lumière, outre la collecte, l'évaluation et l'action, une autre dimension de l'activité professionnelle liée au vin. Au fur et à mesure que l'intensité dramatique augmente, ce qui se passe dans la cave tourne à la pièce de chambre à l'instar d'un Francis Durbridge, et il s'agit finalement de questions existentielles. Ainsi, le titre "Vin ou ne pas être", qui peut paraître un peu prétentieux et théâtral au premier abord, est vraiment bien choisi; ce n'est qu'après la lecture que l'on découvre à quel point il est pertinent à plusieurs égards.

La couverture du livre promet: "Un roman intelligemment tissé et captivant sur l'obsession et le vin, la culpabilité et les dettes, les hommes et l'amitié ainsi que sur la différence subtile dans notre société". Cette annonce est à approuver sans réserve. "Wein oder nicht sein" est un polar viticole divertissant, écrit de manière informée et pointue, sur un crime qui n'en est peut-être pas un et dont l'évaluation finale est laissée au lecteur. Les personnages sont bien dessinés et ceux qui évoluent dans le monde du vin reconnaîtront dans les acteurs des caractères qu'ils rencontrent souvent dans le monde réel du vin. En ce sens, Uwe Kauss jette un regard en quelque sorte clin d'œil, mais aussi tout à fait averti, sur la scène viticole.

Roman policier ou non?

En tant que journaliste, l'auteur Uwe Kauss est habitué à aller au fond des choses. Il vit près de Francfort-sur-le-Main. (Photo: U. Kauss)

L'auteur lui-même ne considère pas son livre comme un roman policier. "J'ai écrit un roman, une histoire passionnante, mais pas un roman policier au sens classique du terme, avec une distinction claire entre le bien et le mal", dit-il. Certes, il s'agit en fin de compte du thème de la justice, mais d'une part, il n'est pas entièrement résolu, et d'autre part, il s'agit plutôt des hommes, de leur relation les uns avec les autres et de leur relation avec le vin. Kauss qualifie la fin de "happy end ironique", et le fait que l'on ne sache pas comment les personnages vont gérer ce qu'ils ont vécu est voulu.

Six années se sont écoulées entre la première idée du livre et sa parution. Au cours de ces six années, Kauss a, comme il le raconte, conçu plusieurs versions de l'intrigue et les a modifiées à plusieurs reprises, mais le déroulement a toujours été conçu jusqu'à la fin. "Je pense qu'il est faux de dire qu'un écrivain s'assoit - si possible avec un verre de vin - et que l'histoire lui vient comme ça, sous la plume ou sur le clavier, que l'intrigue naît en quelque sorte pendant l'écriture", explique Kauss. "Ce livre a été un travail difficile".

Mais comment le thème lui est-il venu à l'esprit? "L'idée est née lors d'une dégustation de vins de grande qualité dans un restaurant renommé en Autriche. Il y a là-bas une cave à grandes bouteilles qui se trouve en partie dans un ancien abri antiatomique. Une fois, je me suis retrouvé tout seul dans ce bunker pendant quelques minutes, et c'était déjà une sensation singulière: l'escalier en béton, les couloirs maçonnés, le sas, la lourde porte en acier..." A l'époque, il se serait dit: "Voilà un endroit pour une action"!

Au début, c'était vague et non orienté - "une idée captivante, mais non réfléchie". Il s'est ensuite demandé comment les gens qui ne parlent que de vin tous les jours se comporteraient une fois qu'ils n'auraient qu'eux-mêmes et le vin, "sans la représentation dans la société", rapporte Kauss. Le vin est un instrument par lequel les gens se positionnent dans la société bourgeoise, un symbole de prospérité et de statut, un mythe. "Le vin représente quelque chose, et on représente quelque chose avec lui. Je voulais déconstruire ce mythe du vin et me demander ce qui se passe quand on retire les gens du monde et qu'on les enferme pour qu'ils ne soient renvoyés qu'à eux-mêmes et aux autres. Comment leur rapport au vin change-t-il dans ces circonstances"? Kauss cite Ingmar Bergman comme modèle pour cette approche.

Le vin comme scène, statut et monde

On peut aussi faire la connaissance du livre et de l'auteur lors de lectures - de préférence dans un domaine viticole. (Photo: U. Kauss)

Dans un carnet, il aurait "d'abord bricolé des pages et des pages". Au fil du temps, les personnages ont pris forme et il les connaît désormais sur le bout des doigts. Ce sont des personnalités complètes avec chacune une histoire individuelle qui se reflète dans l'intrigue du livre: le critique de vin, pour qui le vin est une scène; le marchand de vin, pour qui le vin signifie argent et statut; et le collectionneur de vin, qui ne connaît le monde qu'à travers le vin. Et enfin, l'ancien collègue de travail du collectionneur qui, pour la première fois de sa vie, suit sa propre voie, prend une décision et doit la mettre en œuvre. Tous ces personnages sont fictifs, mais proches de la vie et tirés du quotidien. "On pourrait connaître ces personnes, même si elles n'ont aucun lien avec la réalité", estime Kauss.

Ce qui est important pour lui, c'est qu'il y a deux niveaux dans son roman: l'un sous terre, où tout tourne autour du vin, et l'autre au-dessus de la terre, qui n'a rien à voir avec le vin. D'une certaine manière, cela reflète aussi un rapport de tension dans la société. Le livre est la première œuvre de ce genre de Kauss: "Cela fait 25 ans que je vis de l'écriture, et pour la première fois, je ne me suis pas préoccupé des groupes cibles, j'ai juste écrit ma propre histoire". Il a trouvé un éditeur aux éditions Cocon de Hanau, où l'on connaissait Kauss en tant qu'auteur de non-fiction et où l'on a été très séduit par son premier travail de fiction.

Le titre du livre montre un bouchon et des taches de vin rouge sur une plaque de bois, probablement sur une table (comme celle qui joue un rôle dans l'histoire). Kauss révèle que cet accessoire provenait d'un Château Haut-Brion 1988 qu'il avait lui-même bu. D'ailleurs, comment s'est-il procuré les impressions sensorielles des nombreux vins précieux et rares décrits dans le livre? "Eh bien, j'ai effectivement goûté certains vins moi-même", sourit Kauss, "mais pour les autres, les notes de dégustation détaillées d'un collectionneur de vins avec lequel je suis ami m'ont aidé".

"Être ou ne pas être" est un roman qui plonge profondément dans le monde du vin, sans pour autant surcharger les profanes. Pour cela, il y a notamment - sur la suggestion de l'éditeur - un glossaire à la fin du livre qui explique les termes importants et aussi les nombreux vins exquis. "On peut le faire" est l'une des expressions préférées du collectionneur de vin dans l'histoire. En fait, il faut le lire pour se divertir et apprendre beaucoup de choses sur le vin et les gens.

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS