wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

En décembre 2007, la réforme de l'organisation du marché européen du vin a été décidée. Il concerne, entre autres, les droits de plantation des vignes dans l'Union européenne (UE), l'admissibilité de certaines pratiques œnologiques et la loi sur l'étiquetage du vin. Les nouveaux règlements sur les pratiques œnologiques, les appellations d'origine et les indications géographiques ainsi que sur l'étiquetage et la présentation sont entrés en vigueur le 1er août 2009. En 2012, la Commission européenne présentera un rapport résumant l'expérience acquise dans la mise en œuvre de la réforme et son impact.

La législation sur l'étiquetage des denrées alimentaires est transférée au vin

Tous les États membres de l'UE sont concernés par la modification de la loi sur l'étiquetage du vin. En substance, les appellations d'origine protégées existantes pour les denrées alimentaires doivent également être appliquées au vin. Depuis 2006 déjà, la législation agricole de l'UE connaît les termes "indication géographique protégée" (IGP) et "appellation d'origine protégée" (AOP). Une denrée alimentaire bénéficiant du statut IGP doit être produite, transformée et/ou fabriquée dans la zone d'origine désignée. Dans le cas des denrées alimentaires bénéficiant d'une AOP, toutes les étapes de production (c'est-à-dire la production, la transformation et l' élaboration) doivent avoir lieu dans la région d'origine spécifiée et selon des procédures reconnues et définies. Les produits agricoles correspondants, qui portent alors leur origine géographique dans leur nom (par exemple, le fromage de montagne de l'Allgäu, le jambon de la Forêt-Noire, le pain d'épice de Nuremberg, la bière de Dortmund), sont enregistrés en tant que marques communautaires et sont donc légalement protégés contre l'utilisation abusive du nom et les imitations. La réforme du marché vitivinicole de l'UE transpose ce modèle au secteur du vin et établit une distinction entre les vins à appellation d'origine protégée, les vins à indication géographique protégée et les vins sans appellation d'origine.

Le logo de l'UE pour les denrées alimentaires avec une indication géographique protégée (source : ec.europa.eu)

Le principe d'origine au premier plan

Jusqu'à présent, le système juridique européen relatif au vin faisait grossièrement la distinction entre les vins de table, les vins de pays, les vins de qualité et les vins de pays tiers. Avec la réforme, le principe d'origine doit être mis en avant. Les pays qui utilisent le système d'appellation romaine pour leurs vins auront moins de problèmes avec la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, car ce système juge déjà la qualité du vin en fonction de son origine. En clair, un vin est d'autant meilleur que son origine géographique - selon certains critères - peut être circonscrite. Cette approche conduit inévitablement à un concept de vignobles de pointe, qui, en raison de leurs conditions naturelles (climat, sol, exposition au soleil, etc.), sont particulièrement favorables à la croissance, à la maturité et au caractère aromatique des raisins. En France, ces vignobles sont appelés Premier Cru ou Grand Cru, en Allemagne et en Autriche, des concepts similaires existent depuis plusieurs années avec les modèles de classification Erste Lage, que les associations de vignerons VDP et ÖTW, respectivement, ont créés. Cependant, ces notions d'association-internationalité ne sont pas ancrées dans le droit vitivinicole.

Les appellations deviennent des appellations d'origine protégées

Les pays qui utilisent le système de désignation des vins romans sont, par exemple, la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal ou la Grèce (suivant le modèle français). Leurs vins de qualité portent généralement une appellation indiquant l'origine - jusqu'à présent en France "Appellation d'Origine Contrôlée" (AOC), en Italie "Denominazione di Origine Controllata" (DOC), en Espagne "Denominación de Origen" (DO), au Portugal "Denominação de Origem Controlada" (DOC) et en Grèce "Onomasia Proléfseos Anoteras Piótitos" (OPAP). Dans le cadre du nouveau système, ces appellations sont transférées de manière quasi congruente au statut d'appellation d'origine protégée. Cela modifie aussi légèrement leur nomenclature, puisque le terme "protégé" doit être explicitement mentionné. Ainsi, les nouvelles appellations en France sont "Appellation d'Origine Protégée" (AOP), en Italie "Denominazione di Origine Protetta" (DOP), en Espagne "Denominación de Origen Protegida" (DOP), au Portugal "Denominação de Origem Protegida" (DOP) et en Grèce "Prostatevomenis Onomasias Proléfsis" (POP). En anglais - et donc dans l'usage international - la catégorie des AOP est appelée "Protected Designation of Origin" (AOP).

Le logo de l'UE pour les denrées alimentaires bénéficiant d'une appellation d'origine protégée (source : ec.europa.eu)

Changements pour les vins de pays et les vins de table

En tant qu'indications géographiques protégées au sens du nouveau système, les anciennes appellations de vins de pays peuvent être reprises dans une large mesure. Toutefois, la nomenclature changera également - par exemple, en France, de "Vin de Pays" (VdP) à "Indication Géographique Protégée" (IGP), en Italie, de "Indicazione Geografica Tipica" (IGT) à "Indicazione Geografica Protetta" (IGP), en Espagne de "Vino de la Tierra" (VdlT) à "Indicación Geográfica Protegida" (IGP), au Portugal de "Vinho Regional" (VR) à "Indicação Geográfica Protegida" (IGP) et en Grèce de "Topikos Oinos" à "Prostatevomenis Geografikis Endixis" (PGE). En anglais, la catégorie IGP est appelée "Protected Geographical Indication" (PGI).

L'ancienne catégorie de vin de table correspond dans le nouveau système aux vins sans appellation d'origine protégée. Bien sûr, ces vins ont toujours une origine grossièrement définie (par exemple, vin allemand, vin de la Communauté européenne), mais celle-ci n'est pas protégée par la loi - et finalement sans aucune signification pour le goût ou le caractère d'un vin ainsi désigné. Toutefois, contrairement à la réglementation précédente pour le vin de table, les vins sans appellation d'origine protégée peuvent également porter des informations sur les cépages et le millésime.

Différences entre le système de désignation romain et germanique

La mise en œuvre de la réforme sera plus problématique que pour les pays ayant le système d'appellation des vins romans pour les États membres de l'UE qui utilisent le système d'appellation dit germanique. Ce système est fondé sur le principe de la qualité et non sur celui de l'origine. La qualité du vin est déterminée par la maturité physiologique des raisins, pour laquelle le poids du moût est un indicateur important. Selon cette approche, plus la proportion de substances dissoutes dans le moût de raisin est élevée (définition du poids du moût), plus la qualité du vin est élevée. Sur la base du poids du moût, par exemple, les différents niveaux de prédicats, du Kabinett au Eiswein, ont été développés en Allemagne et en Autriche. Selon la nouvelle loi sur les appellations, les vins de qualité et les vins du Prädikat ont généralement le statut de vins d'appellation d'origine protégée dans ces pays. Toutefois, la deuxième partie de notre série d'articles sur la réglementation du marché vitivinicole de l'UE montrera que de nombreux autres aspects doivent être pris en compte.

En Allemagne et en Autriche, les nouvelles appellations de vins ne sont pas encore utilisées. (Photo : BMULFW)

Validité, mise en œuvre et délais

Tout d'abord, il convient de noter qu'en vertu de la nouvelle loi sur la désignation des vins, les anciennes régions de Landwein en tant qu'indications géographiques protégées et les anciennes régions de vins de qualité en tant qu'appellations d'origine protégées bénéficient d'une protection automatique. D'autres appellations d'origine protégées peuvent être demandées. Les États membres de l'UE doivent soumettre à la Commission européenne, avant le 31 décembre 2011, un cahier des charges pour toutes les appellations d'origine qui doivent être protégées en tant que marques communautaires. Ce cahier des charges comprend au moins la dénomination à protéger, une description analytique et, le cas échéant, également organoleptique du vin, la délimitation de l'aire géographique concernée, le rendement maximal par hectare, les cépages autorisés et, le cas échéant, les procédés œnologiques spécifiques utilisés pour la vinification. Les appellations d'origine dont les cahiers des charges ne sont pas soumis à la Commission avant la fin de 2011 perdront la protection internationale contre l'utilisation abusive et l'imitation du nom, mais elles pourront toujours être utilisées.

Comme déjà mentionné, les nouveaux règlements sont en vigueur depuis août 2009. Les vins étiquetés ou commercialisés sous l'ancienne loi sur les appellations avant le 31 décembre 2010 peuvent être vendus sous cette forme jusqu'à épuisement des stocks. La manière dont les nouvelles appellations d'origine sont introduites varie selon les pays membres. Certains pays (comme l'Allemagne) ont d'abord interdit l'utilisation des nouveaux termes jusqu'à la fin de 2011 pour éviter toute confusion. Néanmoins, ils doivent également créer les conditions pour que les nouvelles appellations d'origine soient effectivement protégées lorsqu'elles seront ensuite commercialisées. D'autres (comme l'Italie) ont déjà autorisé l'utilisation des nouveaux termes dans la commercialisation depuis les millésimes les plus récents de vins blancs et rouges. Toutefois, le règlement de l'UE ne prévoit pas de période de transition claire selon la devise "anciennes désignations jusqu'en 2011, nouvelles désignations seulement à partir de 2012".

Related Magazine Articles

Voir tout
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus
Plus

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS